moine


moine

moine [ mwan ] n. m.
XIIe; munies 1080; lat. pop. °monicus, lat. ecclés. monachus, mot gr. « solitaire », de monos « seul »
IReligieux chrétien vivant à l'écart du monde, soit seul ( anachorète, ermite), soit le plus souvent en communauté, après s'être engagé par des vœux à suivre la règle d'un ordre. cénobite, frère, père, religieux; convers. Communauté de moines. couvent, monastère. Cellule de moine. Par ext. Moine bouddhiste ( bonze) , lamaïste. Loc. prov. L'habit ne fait pas le moine. Être gras comme un moine. chanoine. Je me ferai moine avec la Jeanneton (chans.). II(moine des Indes « rhinocéros » 1740) Fig.
1(Par allus. à l'aspect du moine encapuchonné) Variété de phoque (pinnipèdes). phoque . Macareux commun.
2Anciennt Ustensile formé d'un bâti destiné à recevoir un récipient rempli de braises pour réchauffer un lit. Moines et bassinoires.

moine nom masculin (latin ecclésiastique monachus, du grec monakhos, de monos, seul) Homme lié par des vœux de religion et menant, en solitaire ou en communauté, une vie essentiellement spirituelle. Tout religieux. (En réalité, le mot « moine » ne peut être appliqué aux religieux non soumis à la clôture.) Aquaculture Ouvrage pour la vidange et le réglage du niveau d'un plan d'eau, permettant d'éviter la fuite des poissons. Traditions populaires Bâti de bois ou d'osier, destiné à contenir un récipient métallique dans lequel on plaçait des braises pour chauffer le lit avant de se coucher. Zoologie Phoque des mers chaudes à pelage gris tacheté. Nom commun à deux espèces de vautours. Nom usuel du macareux. Nom usuel commun à deux coléoptères et à un papillon appelé aussi nonne. ● moine (expressions) nom masculin (latin ecclésiastique monachus, du grec monakhos, de monos, seul) Familier. Gras comme un moine, extrêmement gras. Moine blanc, cistercien. Moine noir, bénédictin de Cluny. ● moine (synonymes) nom masculin (latin ecclésiastique monachus, du grec monakhos, de monos, seul) Homme lié par des vœux de religion et menant, en...
Synonymes :
- anachorète
- cénobite
- frocard (vieux)
- régulier

moine
n. m.
d1./d Religieux appartenant à un ordre monastique.
|| Loc. prov. L'habit ne fait pas le moine: on ne doit pas juger les gens sur leur apparence.
d2./d Nom cour. d'autres plocéidés, en partic. africains.
d3./d (Québec) Vieilli Toupie. Jouer au moine.
Fam. Perceuse électrique.

⇒MOINE, subst. masc.
I. A.RELIG. CHRÉT. Religieux ayant prononcé des voeux solennels et vivant généralement cloîtré, selon la règle de son ordre. Bon, gros, jeune, mauvais, pauvre, petit, saint, vieux moine; moine débauché, défroqué, dissolu, paillard; cellule, couvent, habit, robe, vie de moine; se faire moine. Une procession de moines aux frocs blonds (...) Et qui, pieds nus, la corde aux reins, un cierge en main, Ululent d'une voix formidable un cantique (VERLAINE, Poèmes saturn., 1866, p.89). Ce moine vit dans un ermitage près de Rouen, enfermé jour et nuit, et travaillant sans relâche. Il est fort savant, et il a publié un ouvrage d'archéologie sur Carthage (TAINE, Notes Paris, 1867, p.185). Ces fainéants de moines vivaient grassement; ils donnaient le spectacle honteux de leur ivrognerie, de leur paresse et de leurs mauvaises moeurs (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.1, 1870, p.356):
♦ L'opinion du public sur les moines va d'un extrême à l'autre et ces deux extrêmes sont aussi fous. Les uns se les imaginent (...) joufflus et rebondis, tenant, d'une main, un pâté et serrant, de l'autre, contre leur coeur, une bouteille clissée d'osier, et rien n'est plus inexact, rien n'est plus bête; les autres se les figurent angéliques, planant au-dessus du monde, et c'est non moins inexact et non moins bête. La vérité est qu'ils sont des hommes, valant mieux que la plupart des laïques, mais enfin des hommes...
HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903, p.19.
Rem. ,,En Occident, le terme désigne de façon plus stricte les religieux qui suivent la Règle de S. Benoît, c.-à-d. les Bénédictins, les Cisterciens, les Cisterciens réformés ou Trappistes, les Camaldules, les Olivétains, ainsi que les Chartreux`` (Foi t.1 1968).
P. ext.
♦Religieux vivant en solitaire, non cloîtré. Un beau moine mendiant, les pieds nus, (...) le corps enveloppé des plis lourds de sa robe brune, (...) regarde d'un œil de détachement et d'insouciance ce spectacle de bonheur, d'aisance (LAMART., Voy. Orient, t.1, 1835, p.75). Un ordre de moines, non plus reclus et sédentaires, mais qui erreraient de par le monde pour chercher partout l'impiété et la confondre, qui seraient les prêcheurs de la foi (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p.XLIII).
HIST. Moine lai. ,,Particulier que le Roi nommoit dans chaque Abbaye de nomination Royale, pour y être entretenu`` (Ac. 1798). Au seizième siècle, (...) chaque abbaye de fondation royale possédait un moine appelé «oblat ou lay» dont la nomination appartenait au roi. Il y envoyait généralement un vieux soldat infirme ou blessé; (...) c'était un simple domestique; l'abbaye lui assurait le vivre, le coucher (HUYSMANS,Oblat, t.1, 1903 p.194).
RELIG. NON CHRÉT. Moine bouddhiste. Un moine bouddhiste puissant et devenu dieu gardien (...) du monastère construit en ce lieu (Philos., Relig., 1957, p.54-8).
Locutions
Loc. nom.
Moine blanc. Cistercien. Moine noir. Bénédictin de Cluny. Aux moines «noirs», c'est-à-dire aux moines de Cluny, (...) on reprochait, dit-il, les abus de leurs grands abbés. Aux moines «blancs», c'est-à-dire aux Bénédictins de Cîteaux, (...) on reproche leur dureté de coeur (FARAL, Vie temps st Louis, 1942, p.43).
Moine bourru (vx). V. bourru A.
Loc. verb.
Vivre comme un moine, en moine. Vivre de manière ascétique. Il faut semer et labourer. Nous ne saurions vivre en moines, en dévots de profession, dont toutes les pensées se tournent vers le ciel (COURIER, Pamphlets pol., Pétition pour vill., 1822, p.144). Il était avare parce qu'il vivait comme un moine, et il ne comprenait pas une autre table ni d'autres mets ni une autre dépense que celle qui convenait à son existence ralentie (ALAIN, Propos, 1922, p.446).
(Être) gras comme un moine (fam.). (Dict. XIXe et XXe s.).
Expr. et proverbes
Vx ou vieilli
Attendre qqn comme les moines font l'abbé. Se mettre à table à l'heure prévue, sans attendre (Dict. XIXe et XXe s.).
Pour un moine, on ne laisse pas de faire un abbé; pour un moine, l'abbaye ne faut pas/ne se perd. L'absence d'une personne ne doit pas empêcher de faire ce qui est nécessaire. (Dict. XIXe et XXe s.).
L'habit ne fait pas le moine. V. habit B 1 loc. proverbiale.
B.P. anal. Personne qui vit à certains égards comme un moine. Serais-je donc sans belles et folles amours? (...) Vivrais-je sans éprouver ces rages de coeur qui grandissent la puissance de l'homme? Serais-je un moine conjugal? (BALZAC, Béatrix, 1839-45, p.118). Un voyageur est un moine en mouvement. Dans aucun couvent de Chartreux la règle du silence n'est plus stricte que dans un wagon rempli d'inconnus (MAUROIS, Mes songes, 1933, p.140). Orage fulgurant, voilà ce qu'est Rimbaud. Mais il n'est pas l'homme-dieu, l'exemple farouche, le moine de la poésie qu'on a voulu nous présenter (CAMUS, Homme rév., 1951, p.117).
II.P. anal.
A.ARTS MÉN.
1. Appareil formé d'un cadre en bois où l'on suspend un réchaud de braises et servant à chauffer les lits. Lit que bassinait en votre absence un «moine» — c'est ainsi qu'on appelle là-bas [à Lamalou-le-Haut] un réchaud qu'un ingénieux système d'arceaux suspend entre les draps écartés (GIDE, Si le grain, 1924, p.428).
2. P. ext. Objet quelconque servant à chauffer les lits. Après (...) la femme dessert, fait son petit train train, la couverture, le moine, et quand elle est couchée, la place chaude, on tombe dans le tas (A. DAUDET, Sapho, 1884, p.189). Elle s'a frotté d'onguent et couchée avec un moine sur les reins (ARNOUX, Seigneur, 1955, p.46).
B.IMPR. Blanc dû à un défaut d'impression; p.méton., feuille mal imprimée. On lit encore aisément une feinte, tandis qu'on ne peut pas lire un moine, puisqu'il ne marque absolument pas (MOMORO, Impr., 1793, p.170).
C.JEUX, vx, région. Toupie. Différent était le moine, grosse toupie qui aurait pris le nom du clou sans tête fiché à son sommet, auquel on accrochait la ficelle destinée à donner l'impulsion (Vie Lang. 1973 n° 255, p.348).
Bailler, donner, mettre le moine. Attacher par malice une ficelle au pied d'un dormeur et le tirailler. Le pied bleu [jeune recrue] dort paisiblement. Soudain, il se sent tiraillé par le pied (...) et se réveille, à sa grande surprise, les jambes pendantes sur le carreau. Pour amener ce résultat, on lui a noué autour de l'orteil une ficelle dont l'autre extrémité a été attachée au lit de la rangée parallèle. Un voisin perfide, prenant en main le ballant de la corde, a opéré une traction qui semblait venir d'en face. Cette plaisanterie s'appelle le moine, nom enfantin de la toupie, qui obéit à la ficelle comme la recrue en cette circonstance (E. DE LA BÉDOLLIERRE, Français peints par eux-mêmes, L'Armée, t.5, 1842, p.41).
D.MAR. ,,Feu de bengale employé pour les signaux`` (GRUSS 1952). Faites brûler un moine! (GRUSS 1952).
E.TECHNOL. Masse, marteau de forme conique. (Dict. XIXe et XXe s.).
F. — Domaine de la zool.
1. Coquillage univalve du genre cône (Dict. XIXe et XXe s.).
2. Insecte coléoptère noir et blanc. Les téléphores [insectes coléoptères carnassiers] sont fort communs et bien connus sous le nom de Moines. Leurs élytres sont molles et de couleur grise ou fauve (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p.251).
3. Synon. usuel de diverses espèces de phoques. Quant aux mammifères marins, je crois avoir reconnu, en passant à l'ouvert de l'Adriatique, (...) une douzaine de phoques au ventre blanc, au pelage noir, connus sous le nom de moines et qui ont absolument l'air de Dominicains longs de trois mètres (VERNE, Vingt mille lieues, t.2, 1870, p.77). Les Monachinés [sous-famille des Phocidés ou Phoques] comprennent seulement trois espèces: le Phoque moine (...), le Moine au ventre blanc (...) et le Moine tropical (Encyclop. Sc. Techn. t.8 1972, p.922).
4. a) Moine de mer ou, en appos., macareux moine. Macareux vivant notamment sur les îles et les promontoires continentaux du nord de l'Europe et de Bretagne. Macareux arctique (...) appelé aussi (...) Moine de mer, Petit moine (...). Dessus de la tête et du corps noir (...). Attitude droite, sérieuse et grave (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909 p.89). Des oiseaux également, comme les mouettes et les goélands, les alcidés (macareux moine, pingouin torda que l'on trouve en Bretagne) (Almanach du Pèlerin, 1981, p.18).
b) Vx. Synon. de moineau. C'était un doux parlage de tous à la fois, huppes, mésanges, (...) bouvreuils, moines (HUGO, Travaill. mer, 1866, p.448). Notre moineau familier avec sa capuche brune était un petit moine; de nos jours, c'est un pierrot ou un piaf (Vie Lang. 1971 n°235, p.554).
REM. 1. Moinaille, subst. fém., fam., péj. Ensemble des moines. Synon. moinerie. (Dict. XIXe et XXe s.). 2. Moineton, subst. masc., vieilli, rare. Jeune moine. Synon. moinillon. Il s'agit de prier le Seigneur quand personne ne le prie plus; (...) dans ce concert permanent, votre place est réservée. — C'est juste, dit le P. Felletin. — Expliquez-nous cela, dirent les moinetons (HUYSMANS, Oblat, t.2, 1903, p.48). 3. Moinifier (se), verbe pronom., plais., hapax. Se transformer en moine, vivre comme un moine. Mes enfants auront tout leur bien (...); mais ils ne veulent sans doute pas que leur père s'ennuie, se moinifie et se momifie!... Ma vie est joyeuse! (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p.282). 4. Monacaille, subst. fém., fam., péj. a) Ensemble des moines (et du clergé). Synon. moinerie. Vous en êtes encore à n'avoir de respect que pour la monacaille (MÉRIMÉE, Théâtre Cl. Gazul, 1825, p.34). Il fut grand ennemi de ce qu'il appelait la monacaille (SAND, Mauprat, 1837, p.27). b) Moines (et clergé). Belle abondance de monacaille et de curés; un carillon de cloches aux quatre cents églises de la ville et des mendiants à tous les pavés (FLAUB., Corresp., 1851, p.301).
Prononc. et Orth.:[mwan]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 monie «religieux qui vit retiré du monde» (Roland, éd. J. Bédier, 1881); 1121-34 muine (PH. DE THAON, Bestiaire, éd. E. Walberg, 2870); 1275-80 la robe ne fet pas le moine (JEAN DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy, 11028); 2. 1605 moine de mer «genre de phoque» (Descript. du voyage de Gunea, p.64 ds ROLL. Faune t.8, p.169); 1840 moine «phoque» (Ac. Compl. 1842); 1705 moine «ange de mer, squale» (Voyage de M. Guillaume Dampier, p.114); 3. 1621 impr. «feuille mal imprimée» (E. BINET, Merv. de nat., p.186); 4. 1652 «ustensile pour chauffer un lit» (SAUZÉ DE LHOUMEAU, Inventaire hôtel Rambouillet, p.49). Du b. lat. monachus «anachorète, solitaire» (av. 375) et «cénobite» (av. 430), gr. «seul, unique», «qui vit seul», dér. de «seul, unique». Il n'est pas absolument nécessaire de passer par l'intermédiaire d'une forme vulg. monicus att. dans une inscription de Gaule (cf. TLL 1397, 10) et qui est à l'orig. des formes germ. tel l'all. Mönch (v. REW3, 5654 et FEW t.6, 3, p.69b; et pour l'opinion contraire v. COR.-PASC., s.v. monje, FOUCHÉ, p.285 et POPE § 473 et 645). Fréq. abs. littér.:2392. Fréq. rel. littér.:XIXes. : a) 3862, b) 2802; XXe s.: a) 6085, b) 1714. Bbg. AHOKAS (J.). De l'Emploi des mots abbé et moine pour désigner des personnages et des organ. laïques. Neuphilol. Mitt. 1962, t.63, pp.81-106. — SAIN. Sources t.1 1972 [1925] p.166, 295; t.2 1972 [1925] p.347.

moine [mwan] n. m.
ÉTYM. Déb. XIIe; muine, v. 1119; munie, 1080, Chanson de Roland; adapt. anc. du lat. ecclés. monachus, mot grec, « solitaire », dér. de monos « seul »; « toutefois moine représente une forme altérée monicus » (Bloch); les formes monge, mogne seraient expliquées par mundicare. → Moineau (Guiraud).
———
I Religieux chrétien vivant à l'écart du monde, soit seul ( Anachorète, ermite), soit, le plus souvent, en communauté, après s'être engagé par des vœux à suivre la règle d'un ordre. Cénobite, frère, frocard (péj.), monial, père, religieux; convers; monacal, monachisme; → Laïc, cit. 3.REM. Au sens large et dans le lang. courant, on appelle moines de nombreux membres du clergé régulier (moines mendiants; congréganistes; chanoines ou clercs réguliers). || « Les capucins et autres moines » (→ Griser, cit. 7, Michelet).
Au sens strict, les moines sont les réguliers reclus dans la clôture d'un couvent ( Cloître), qui vivent séparés du monde (Bénédictins, cisterciens et trappistes; ermites de Saint-Paul, Chartreux, Antonins, et Basiliens). Caloyer; et aussi monastique (ordres monastiques).Communauté de moines. Couvent (cit. 2), monastère. || L'abbé (cit. 1), le prieur et les moines. aussi Supérieur; provincial (d'un ordre). || Les moines s'appellent « frère » (cit. 24). || Moines occupés aux travaux manuels. Convers. || Nourriture des moines. Pitance; pitancier (vx). || Cellule de moine. || Habit (supra cit. 16) de moine. Froc (cit. 3); défroque. || Capuchon, cagoule (cit. 2), capuce de moine. || Robe de moine (→ Mendiant, cit. 4).Stages effectués avant d'être moine. Juvénat, noviciat, postulat; frère, lai, novice. || Moine qui prononce ses vœux, prend l'habit. Prise (d'habit); profès, profession; encapuchonner (supra cit. 2). || Personne qui vit avec les moines sans prononcer de vœux. Oblat. || Moine qui quitte l'habit, abjure ses vœux; moine apostat. Défroquer (cit. 1). || Prison de moine. In pace.
1 Les moines sont d'abord (…) des solitaires. Les autres chrétiens admirent les mortifications souvent surhumaines auxquelles ils se livrent, mais craignent (…) les abus inévitables dus à l'absence de tout contrôle (…) Pour y remédier, une solution s'impose : rassembler ces solitaires, leur donner une règle de vie, une organisation, un chef; autrement dit, substituer le cénobitisme à l'érémitisme originel.
H. Marc-Bonnet, Hist. des ordres religieux, p. 8.
2 (…) quand la Trappe fut détruite, un porteur de la haire de Rancé demanda asile au canton de Fribourg. Les moines quittèrent leur monastère; chaque religieux avait dans son sac sa robe et un peu de pain.
Chateaubriand, Vie de Rancé, p. 136.
3 Les moines tondus se promènent là-bas, silencieux et méditatifs, un rosaire à la main, et mesurent lentement, de piliers en piliers, de tombes en tombes, le pavé du cloître, qu'habite un faible écho.
Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, La cellule.
4 Il n'était pas un moine, il n'avait pas un tempérament à renoncer au monde; surtout, il n'en avait pas l'âge.
R. Rolland, Jean-Christophe, La révolte, p. 509.
Loc. Vivre comme un moine, comme un ascète.
5 J'aime le vin; je ne bois pas. Je suis joueur et je n'ai jamais touché une carte. La débauche me plaît et je vis comme un moine.
Flaubert, Correspondance, 320, 8 mai 1852.
(Qualifié). || Les moines blancs : les Cisterciens. || Les moines noirs : les Bénédictins de Cluny.
Par ext. || Moine bouddhiste ( Bonze), lamaïste. || Les thérapeutes, moines juifs d'Égypte.
Prov. L'habit ne fait pas le moine. Habit (supra cit. 20).Pour un moine l'abbaye ne faut pas.Nous l'attendons comme les moines font l'abbé.
Loc. prov. (par allus. à la vie paresseuse et dissolue qu'une tradition populaire ancienne attribuait aux moines). Mener une vie de moine ( Chanoine).Être gros, gras, glouton comme un moine (→ Gras, cit. 45).
6 Vous qui êtes, à peu de choses près, mon contemporain, et qui êtes gras comme un moine, n'oubliez pas le plus maigre des Suisses, qui vous aime de tout son cœur.
Voltaire, Correspondance, 1573, 17 sept. 1758.
———
II Fig. (1740, moine des Indes « rhinocéros »).
1 (Par allus. à la forme conique du capuchon des moines). Se dit de divers objets (ou animaux) de forme conique.Coquille univalve, du genre cône.Jouet d'enfant, sorte de toupie.
Techn. Marteau en tronc de cône. Boursouflure, de l'acier, du fer, lorsqu'on le forge.Morceau d'amadou pour allumer un fourneau de mine.
2 (Par allus. à l'aspect du moine encapuchonné). Variété de phoques (Pinnipèdes). Phoque.Macareux commun.
3 (Par allus. à l'habit noir et blanc de certains moines).
a Imprim. Endroit d'une feuille imprimée resté blanc par suite « de l'interposition d'un morceau de papier entre la forme et la feuille à imprimer » (H. Leduc, Composition typographique).
b Insecte coléoptère noir, au thorax blanc (souvent utilisé comme appât par les pêcheurs).
c (1611). Pierre bicolore.
6.1 — Si tu me le donnes, je te donne la moitié de mes moines.
— Ça ne m'intéresse pas. Des moines, il y en a partout.
— Même celui qui a trois raies ?
J.-M. G. Le Clézio, le Déluge, p. 246.
4 Anciennt. Ustensile formé d'un bâti ou d'un cylindre creux formant un réchaud, et servant à chauffer un lit (comme la bouillotte ou la bassinoire).
7 (…) la princesse de Fürstenberg (…) lui dit qu'elle se mourait (…) que, depuis deux heures, qu'elle est au lit, les artères lui battent, la tête lui fend, et qu'elle a une sueur à tout percer (…) Mme de Foix (…) en se fourrant doucement pour ne pas incommoder son amie (…) se heurte contre du bois fort chaud : elle s'écrie; une femme de chambre accourt (…) elles trouvent un moine dont on avait chauffé le lit, que la Fürstenberg n'avait point senti, et qui, par sa chaleur, l'avait mise dans l'état où elle était.
Saint-Simon, Mémoires, III, LIX.
8 Le soir, quand Jean entrait dans sa chambre, il voyait un grand feu, et pendant qu'il se déshabillait, on frappait. C'était la cuisinière qui venait apporter une boule que là-bas on appelait un moine, et qu'elle apportait seulement, parce que Mme Santeuil lui avait dit, pour qu'elle restât bien chaude, de ne l'apporter que quand M. Jean serait déjà en train de se déshabiller.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 277-278.
DÉR. Moineau, moinerie, moinesse, moinifier (se), moinillon. — V. Monial.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Moine — is the French word for Monk. It can also stand for: Contents 1 Geography 2 Geology 3 People 4 Miscellaneous Geography …   Wikipedia

  • moine — MOINE. s. m. Religieux, qui anciennement estoit obligé par son Institut de mener une vie separée du reste du monde. Moine Anachorete, qui mene une vie solitaire. Moine Coenobite, qui vit dans une Communauté. Moines rentez. Moines Mendiants. les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Moine — bezeichnet: einen Fluss in Frankreich, Nebenfluss der Sèvre Nantaise, siehe Moine (Fluss) eine französische Gemeinde im Département Maine et Loire, siehe Saint Crespin sur Moine eine französische Gemeinde im Département Maine et Loire, siehe… …   Deutsch Wikipedia

  • moine — Moine, m. penac. Monachus. Moine blanc, Leucochlaenus monachus, B. Moine noir, Melanchlaenus, vel Melanochlaenus monachus, B …   Thresor de la langue françoyse

  • Moine — Moine, Franz le M., s. Lemoine …   Pierer's Universal-Lexikon

  • moine — (moi n ) s. m. 1°   Homme qui s est engagé par des voeux à suivre une certaine règle autorisée par l Église. •   Les chevaliers de Malte... cadets de bonne maison qui ne veulent rien savoir, rien valoir, mais qui voudraient bien tout avoir ; au… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Moine — Monachisme « Moine » redirige ici. Pour les autres significations, voir Moine (homonymie). Le terme monachisme désigne l état et le mode de vie de personnes qui ont prononcé des vœux de religion, et font partie d’un ordre dont les… …   Wikipédia en Français

  • MOINE — s. m. Religieux faisant partie d un ordre dont les membres vivent sous une règle commune, et séparés du monde, comme les bénédictins, les bernardins, les chartreux. L usage a étendu cette dénomination aux religieux mendiants. Les anciens moines.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MOINE — n. m. Religieux faisant partie d’un ordre dont les membres vivent sous une règle commune et séparés du monde, comme les Bénédictins, les Dominicains, les Chartreux. Les moines de l’abbaye de Cluny. Un moine défroqué. Fam., Gras comme un moine.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Moine — Recorded as Moine and Moyne, this is an early English surname, although one which is confused with French origins. In that respect as moine and muigne it was introduced by the Norman French invaders of 1066. These spellings in their earliest days …   Surnames reference


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.